Hétaïres, courtisanes de la Grèce antique

Prostitution sacrée

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la prostitution était une institution sacrée et distinguée dans la plupart des cultures anciennes et elle est encore latente aujourd’hui dans certaines régions du Népal, de l’Inde et dans certaines tribus ou clans d’Afrique de l’Ouest et d’Algérie.

Il peut paraître surprenant que, dans l’Antiquité, la religion ait été liée à la prostitution et que la Bible la considère toujours comme un acte impur. Dans la Grèce antique, cependant, cette union se reflète dans le culte d’Aphrodite, la déesse de l’amour, de la sensualité et du plaisir. On comprend donc que les courtisanes étaient les plus dévouées à cette déesse et qu’elles trouvaient en elle leurs pouvoirs.

Les courtisanes étaient considérées comme les femmes les plus libres de Grèce et faisaient partie de l’élite culturelle et sociale.

À l’époque, la distinction sociale entre les hommes et les femmes était très marquée. Ce qui est curieux, c’est que dans le cas des courtisanes, tout était différent : elles étaient considérées comme les femmes les plus libres de Grèce, elles jouissaient d’une indépendance économique et faisaient partie de l’élite culturelle et sociale.

Hetairas, courtisanes éternelles

Les prêtresses d’Aphrodite, également appelées Hatarias ou Heteras, étaient les seules femmes à avoir accès à la formation. Contrairement aux autres femmes, les Hetairas recevaient des leçons de lecture, d’écriture, de musique et de danse dans les temples de la déesse. Elles ont également appris quelques notions de médecine, car l’une de leurs tâches consistait à guérir les hommes de leurs douleurs physiques et émotionnelles.

Elles sont ainsi devenues des femmes instruites, qui ont participé à des réunions philosophiques et politiques. Elles étaient les muses des peintres et des sculpteurs, connues pour être les propagatrices et les inspiratrices de la beauté. Ce sont elles qui satisfont les pulsions sexuelles et intellectuelles des hommes.

Les fêtes préférées des Grecs avaient pour but de satisfaire les appétits de l’esprit et des sens. Les courtisanes jouaient un rôle essentiel dans ces scènes de symposiums et de banquets. Les Hetairas ont surpris les hommes par leur plaisir artistique, en chantant, en dansant, en jouant d’un instrument ou en jonglant. La philosophie, l’art et la politique étaient également abordés lors de ces soirées. Aujourd’hui, ces scènes se retrouvent dans les différentes céramiques grecques.

Dans la Grèce antique, les mariages étaient arrangés en fonction d’intérêts divers, ce qui explique que de nombreuses liaisons amoureuses aient lieu en dehors du mariage. Et comme aujourd’hui, de nombreux hommes ont avoué être tombés amoureux de ces femmes maîtresses de l’art de l’amourette.

Socrate lui-même avoue dans le dialogue du banquet que tout ce qu’il sait sur la nature de l’amour lui a été enseigné par un compagnon d’Aphrodite….

[La prostitution sacrée est également connue sous le nom de prostitution religieuse, prostitution rituelle ou prostitution templière ].

After many years of spreading love, OK Agency has permanently Closed as of May 2024. 

Feel free to keep on browsing:

Tras muchos años compartiendo amor, OK Agency ha cerrado permanentemente en Mayo 2024

Si te gustaría seguir navegando: